Les maires absents à la projection de « 9/3, Mémoire d’un territoire »…

Il était tôt. A peine les yeux ouverts, on a pris conscience de l’heure tardive (pourtant si matinale). Hop, on a sauté dans notre pantalon, puis dans le gigantesque RER C pour débarquer, déjà épuisés, dans les rues de Boulogne. Là, on a du trouver Canal +. Impossible. La folle cavalcade continue. On est en retard, comme souvent. On traverse le pont en courant, avec les joggeurs du lundi matin. A la fraiche ! Enfin, on trouve l’endroit. Un gros logo « Canal + ». Direction la salle de projection, au sous sol. C’est la deuxième fois que le film « 9/3 » de Yamina Benguigui est projeté à Canal. Mais aujourd’hui, lundi 3 Novembre, ce sont les maires d’Ile de France (en partenariat avec l’AMIF, l’association des maires d’Ile de France) qui sont invités à découvrir le film…

 

10h déjà, et nous nous rendons compte que nous avons cavalé pour rien.  Bah oui, les invités sont au buffet. Un petit dej’ avec croissants et jus d’orange-banane. Pourquoi pas ? Au sous sol, où se tient la diffusion, pas grand monde. On parle autour d’un café ou on regarde les écrans en sirotant un jus. Obama, sur les télés allumées, tourne en boucle. Et puis, à 10h30, Fayçal Douhane (AMIF) nous invite à pénétrer dans la salle de projection. Enfin ! On commençait à s’ennuyer autour de ce succulent buffet. 

 

Christrine Cauquelin, directrice de l’unité Documentaire pour la chaine, nous salue. Tout le plaisir est pour nous ! La dame a le sourire. Et pour cause, le film « 9/3 » diffusé le 29 Septembre sur Canal + fut un vrai succès d’audience. Tout le monde prend place. Et, à notre plus grand étonnement, les maires se font rares. Faut-il rappeler que la projection s’adressait ce matin aux maires d’Ile de France ? Peut être. Dans beaucoup de mairie, on a envoyé des adjoints, et même parfois personne. Par exemple, Saint-Ouen a envoyé Karim Bouamrane (chargé du developpement economique et de l’insertion des salariés). Karim dit « très bien connaître le travail de la réalisatrice, Yamina Benguigui » et avoue être assez pressé de « decouvrir » ce film sur le departement. Quant à La Courneuve entre autres (dont on en parle beaucoup dans le film), aucun élu présent. Mais avant le lancement de la projection, Claude Pernes (Maire de Rosny-sous-bois, Président de l’AMIF) s’avance sur l’avant scène avec un micro. L’homme arrive tout droit d’une réunion au ministère de l’Intérieur avec Claude Bartolone qui n’a pas apprécié le film et l’a fait savoir. Mais, pour lui, « cette projection privée est organisée pour partager un grand moment ensemble ». Et d’ajouter : « En plus, après nous pourrons débattre avec Yamina ».

 

La régie lance le film. Les images défilent. La réalité du 9/3 face à eux, les élus locaux.Ceux qui s’engagent et se taisent.Là, le travail est concret. Et puis, on ne retrouve pas le bla-bla politique habituel. Sauf, lorsque Yamina laisse la parole à Xavier Lemoine, l’actuel maire UMP de Montfermeil. Lemoine se pleint, s’énerve. Dès son apparition à l’écran, dans la salle, on se racle la gorge. Pour se moquer.  Le maire UMP n’arrive plus à supporter le manque de moyens, les problèmes de logement.

 

Yamina Benguigui entre discrètement dans la salle, juste avant que le film se finisse. Les lumières se rallument. On applaudit. Juste avant le débat prévu, on excuse « l’absence de Claude Pernes ». Benguigui prend le micro pour répondre aux questions. Soudainement, une femme se lève, s’empare d’un micro. Elle se présente, elle est « militante depuis des dizaines d’années ». Elle a apprécié le film mais a une demande à faire. « Je veux que ce film soit projeté devant des élèves. Il doit être projeter ». C’est une évidence ! Yamina en a pour toutes les doses. Une élue de Chilly-Mazarin (Essonne, 91) l’invite à prendre part à un débat qui sera fait lors du Festival du Cinéma Social dans la même ville ? D’ac !!

 

Il est l’heure de quitter les lieux. Précision : Benguigui n’en a pas fini avec les politiques. Le 18 Novembre, le film sera projeté au Sénat. En esperant retrouver plus de sénateurs que de maires présents hier ! Les institutions s’y mettent. Enfin, la réalisatrice est ambitieuse. Elle veut que « le Président le voit ». Les quelques maires présents filent vers d’autres horizons avec les images du film en plus. Peut etre les prendront-ils en compte pour leurs projets futurs… 

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Advertisements

2 commentaires

  1. Quand tu pense que le président et le reste du gouvernement préfèrent aller voir des films comme bienvenue chez les chtis que des films sur la VRAIE vie. Les bras m’en tombent

  2. Si déjà les maires ne s’intéressent pas à la projection d’un film traitant de la banlieue, qu’en est-il du président de la République?
    Toujours est-il que les préjugés et les mauvais côtés de cette même banlieue sont toujours fichés et on montre rarement ses points positifs


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s